En lisière d’ombre

En-lisière-d'ombre

Pour Arlette Chaumorcel l’écriture est une longue patience, après les 100 textes de Visages traversés, voici Chant de morte mère, création discrète En lisière d’ombre.

« Je t’écris d’un soleil
où vibre en démesure
une voix sans visage ».

« …mais par tes mains
qui surent désarmer l’impossible
aimer le jour où glisse
l’oiseau du magnolia ».